Brochets de début novembre

Publié le 20 Novembre 2012

Après une bonne grosse quinzaine de jours sans pêche, je profite de la rentré des classes pour faire ma rentrée au bord de l'eau.

Accompagné de mon ami Pascal, nous décidons de prospecter des postes que nous connaissons bien sur lesquels Pascal et Matt ont piqués de jolis poissons la semaine précédente.

Bien qu'adepte des leurres durs de préférence de belle taille, pour la recherche d'esox lucius, j'opte d'entré, une fois n'est pas coutume, pour un leurre souple sur les conseils avisés de mon compagnon de pêche du jour.

Mieux; vu que Pascal s'est lancé dans la conception et fabrication de ses propres leurres souples qu'il continu bien entendu de tester sur le terrain, j'opte malicieusement pour son leurre fétiche à brochet, le Shad GT, un leurre que je n'utilisais jusqu'ici qu'en grande taille pour la recherche spécifique du silure en rivière...

Les débuts sont difficiles sous un temps gris et sans vent, il nous faudra prospecter quelques heures et changer d'étang pour obtenir nos premières touches, malheureusement non concrétisées par une prise.

L'après midi avançant, le soleil se levant, nous retournons sur les postes du matin, Pascal enregistrant, enfin un premier poisson, puis un second, un peu plus tard sur ces leurres maisons qui prouvent une fois de plus, leur efficacité ;).

Alors que nous discutions, côte à côte, sur un même poste assez large, que nous ratissions déjà depuis de longues minutes, j'enregistre une grosse touche, le poisson partant immédiatement vers le large. Je le bride d'autorité et me rend compte que je n'ai pas à faire à un petit poisson.

Sûr de mon matériel, j'abrege au maximum le combat, le poisson arrivant près du bord dans une eau claire, je m'aperçois qu'il est énorme, d'apparence assez court par rapport à sa masse, mais énorme...

Je songe soudain à mon record à 1,10m, mais non, même si ce brochet est très large, il me semble définitivement trop court. Arrivé au bord, les affaires se corsent un peu car une roselière est présente devant moi et je ne suis qu'en botte, pas en waders. Tant pis le leurre est au fond de la gorge, le poisson bien piqué, je tire et le fait passer la roselière d'autorité, non sans mal, après un ultime rush avant que Pascal ne saisisse le poisson, merci mon ami ;)  

Brochets de début novembre

Ce poisson n'est pas le plus grand de l'année car j'en ai attrappé quatre plus long cette année et deux de la même taille, mais c'est définitivement le plus gras, une belle femelle pleine de provision pour l'hiver ...

Une belle leçon qui nous confirme, une fois de plus qu'à la pêche, il faut vraiment y croire jusqu' au bout.

Les jours suivant, je suis parti en mode prospection en testant ou re-testant différents endroit que je n'avais pas encore péché cette année.

Comme je m'y attendais, je n'ai pas fait de miracle, à peine un petit poisson ici ou la, toujours dans des eaux claires et sans vent, ce qui n'est pas les conditions les plus faciles à cette époque, mais j'aurai au moins tenté...

 

Brochets de début novembre
Brochets de début novembre
Brochets de début novembre

Rédigé par Alex

Publié dans #Comptes rendus de sorties 2012

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bravo Alex et comme quoi il faut y croire jusqu’à la fin même si nous avions déjà pêcher le spot.
Répondre